Service client & paiement sécurisé
Conseils pharmaciens et cryptage des données
Origine certifiée
E-Pharmacies contrôlées & agréées par les Autorités européennes
Transparence et prix compétitifs
Ordonnance médicale gratuite & promotions
Livraison rapide & discrète
Options express, chrono ou Colissimo

Evolution des pratiques sexuelles : tendances et changements

théorie du genre

La sexualité est un sujet très intime et il n’y a aucune obligation particulière dans sa pratique. Or, ces dernières années, les moeurs ont beaucoup évolué. Ainsi, la monogamie et l’hétérosexualité n'ont plus du tout l'exclusivité. Désormais, il n’y a quasiment plus aucun tabou pour s’adonner à de nouvelles pratiques moins conventionnelles ou plus fantaisistes, et l'usage de stimulants sexuels tels que le Viagra ou Levitra est désormais d'une banalité absolue. Et on s'en réjouit!

Sexe oral et anal : des pratiques devenues communes

On constate par exemple une hausse des relations orales chez les individus dont l’âge est situé entre 16 et 24 ans. En effet, ces pratiques deviennent de plus en plus communes. Il faut savoir qu’en 1990, seulement une personne sur dix pratiquait le sexe oral. D’ailleurs, c’est la même chose pour l’anal. Si on compare avec les années 2010, c’est près d'1 homme sur 4 et une femme sur 5 qui s’adonnent régulièrement et sans complexes aux joies du sexe oral, devenu d'une banalité totale.

La première fois, à quel âge?

Contrairement à ce qu'on pourrait imaginer, l’âge des premiers rapports n’a pas changé malgré la libéralisation du sexe ou l’accès libre à la pornographie sur le web. En effet, depuis une bonne trentaine d’années, un garçon a son premier rapport en moyenne à 17 ans et la fille à peine un peu plus. Cela veut dire qu’entre l’âge de 15 et 18 ans, plus de la moitié des jeunes ont eu une première expérience sexuelle. Par contre, le partenaire pour le premier rapport sexuel n’a pas forcément le même âge. En effet, la plupart des filles préfèrent des garçons plus âgés qu’elles de deux à trois ans car elles pensent que ces derniers ont plus d’expérience.

Toutefois, un grand changement est à noter quant à la signification de cette première fois. Alors qu'autrefois la sexualité était en lien direct avec le mariage, surtout pour ces dames, et que la plupart du temps les femmes avaient leur premier rapport sexuel avec leur futur mari, de nos jours, le premier partenaire sexuel s’avère rarement être le futur époux. 

L'évolution des genres : 60 orientations sexuelles

Il s’agit d’une véritable révolution tranquille. En effet, le phénomène est peu visible au contraire des émancipations sexuelles des années 60/70. La théorie du genre propose entre 30 et 60 différentes orientations sexuelles. Le lobby LGTBQI a gagné sa légitimité et désormais les études de genre sont présentes dans quasi toutes les universités. Les plus connues étant l'homosexualité, la bisexualité, et l'hétérosexualité. L'asexualité (l'absence d'attirance sexuelle pour les autres) est parfois identifiée comme la quatrième orientation. Attention cependant à ne pas confondre « asexué » et « asexuel ». En effet, un être asexué ne possède tout simplement pas d’organes génitaux. Un asexuel en a, et peut, théoriquement, avoir des rapports sexuels de n’importe quelle orientation sexuelle et ressentir des sentiments amoureux - mais il ne désire pas de sexualité génitale.

Polyamorie et fétichisme

La polyamorie est une pratique de plus en plus répandue. Cette dernière se caractérise par des relations sexuelles avec des partenaires multiples et le consentement de tous les individus concernés. Notons aussi la montée en puissance du fétichisme. Vu comme anormal durant longtemps, ce dernier s’est popularisé notamment via le grand succès rencontré par le roman et film 50 nuances de Grey. 

Expérimenter l'homosexualité

Une étude moderne présente dans le « Archives of Sexual Behavior » dévoile que le pourcentage d’adultes qui ont eu des rapports sexuels avec des individus du même sexe a tout simplement doublé depuis le commencement des années 1990. En outre, on apprend aussi que l’acceptation de la sexualité homosexuelle est en hausse, et cela pour la totalité des générations. Il faut savoir qu’entre les années 1990 et 2019, le pourcentage de ces messieurs ayant avoué avoir connu des relations sexuelles avec au moins un homme a beaucoup augmenté. En effet, ce dernier qui était de 4,5%, flirte désormais avec les 9%. Le constat est le même pour les pratiques sexuelles entre femmes - 9% affirment avoir eu des relations sexuelles au moins une fois avec une femme, contre 3,6 % en 1990. 

Enfin il faut bien noter, comme les chercheurs l'affirment que, pour beaucoup d'enquêtes, les résultats sont souvent alterés. Les personnes interrogées sont en effet souvent influencées par les normes sociales. Certaines n'hésiteront pas à mentir dans un sens ou l'autre par gêne ou par vantardise... Préjugés et dictas ont la vie dure. Pourtant, aujourd’hui, sexualité rime plus que jamais avec liberté. On fait l’amour de plus en plus au gré de ses envies, on commence de plus en plus jeune, on multiplie les partenaires et on essaie volontiers de nouvelles expériences. Et finalement, l'essentiel restera toujours de faire l'amour et pas la guerre! Et si nombreux sont ceux qui choisissent d'acheter leur viagra du week-end sur des pharmacies en ligne, la plupart le font surtout pour le côté pratique et économique bien plus que par souci de discrétion...